Stages solidaires

Les stages solidaires proposés par la FUCID offrent aux étudiant·e·s une expérience à la fois académique, culturelle et sociale. Il s’agit d’une approche éducative dont les concepts centraux sont la réflexion, l’apprentissage mais aussi la citoyennté et la solidarité.

Que sont les stages solidaires

Les stages solidaires, c’est une expérience proposée par la FUCID dans le cadre des stages faisant partie du cursus de certains programmes. Ils comprennent :

  • des lieux de stage en Belgique et au Sud permettant de vivre une expérience
  • d’engagement citoyen et/ou d’interculturalité tout en satisfaisant aux exigences de chaque faculté concernée ;
  • une formation avant le départ spécifique aux stages en Belgique /au Sud ;
  • un accompagnement à distance durant le stage ;
  • une contribution à l’évaluation du rapport de stage pour ce qui concerne sa dimension solidaire (dépend des facultés) ;
  • une attente de production par l’étudiant·e d’un outil de communication faisant suite à son expérience de stage.
Pourquoi des stages solidaires ?

Cette démarche permet aux futur·e·s décideur·euse·s de nos sociétés de devenir des citoyen·ne·s responsables et engagé·e·s pour un monde plus juste et plus durable.
Apporter sa participation à la communauté via une expérience citoyenne est une bonne préparation à l’exercice de la responsabilité sociale et civique. Une meilleure compréhension de l’injustice et des inégalités structurelles peut renforcer le désir de solidarité des étudiant·e·s et développer leur empathie pour les groupes plus vulnérables de nos sociétés.
Les « autres » côtoyé·e·s dans les stages, tant ici qu’ailleurs, aident à découvrir des itinéraires alternatifs, permettant d’identifier ce qui est important (par exemple dans la recherche). Ils aident les étudiant·e·s à réfléchir à leur position dans le monde et de là, à identifier la contribution qu’ils/elles veulent y apporter.

Attention seules certaines facultés de l’Université de Namur sont concernées par ce projet. L’année 2017 est une année pilote pour les stages solidaires. Ce projet est destiné à s’étendre et s’améliorer au fil des années.

Pour le moment, les facultés partenaires des stages solidaires sont :

  • La faculté de Droit (stage en BLOC3)
  • La faculté d’information et communication (stage en BLOC3)
  • La faculté de Gestion (stage en Master 2)

Si l’expérience d’un stage solidaire vous intéresse et que votre Faculté en prévoit dans le cursus mais que vous ne la voyez pas mentionnée ci-dessus, merci de prendre contact avec la FUCID pour en discuter.

Télécharger le document de référence
Télécharger la feuille de route

Facultés concernées et partenaires Nord & Sud
Faculté de Droit
  • Belgique : Un stage au sein du cabinet d’avocat·e·s PROGRESS Lawyers Network (PLN) : Ce cabinet a pris la décision d’être engagé socialement et de se spécialiser dans la défense des plus démuni·e·s. Un stage dans ce cabinet a pour objectif de faire connaître la pratique quotidienne des avocat·e·s du bureau. L’étudiant·e participera à toutes les activités des avocat·e·s, que ce soit les consultations, les audiences, le travail d’étude, de recherche, etc. … Le but du stage sera de lui donner la vision la plus réaliste possible du travail d’avocat·e·s qui défendent des personnes qui font face à des injustices quotidiennes de notre société et qui tentent de lutter pour une justice pour tou·te·s.
  • Bénin : Jusqu’à trois stages organisés. Deux stages auprès de Me ASSOUMA Bachirou ou Me AFFOGNON, tous deux magistrat à Parakou. Parakou est la plus grande ville du Nord du Bénin et la préfecture du département du Borgou.
  • Philippines : Un stage au sein de l’association National Union of Peoples’ Lawyers, à Manille. Le Syndicat national des avocat·e·s du peuple a été fondé le 15 septembre 2007, pour la défense, la protection et la promotion des droits humains, en particulier des pauvres et des opprimé·e·s.
    La clientèle de NUPL est issue des secteurs plus marginalisés et opprimés : les agriculteur·trice·s, les travailleur·se·s, les pêcheur·se·s, les pauvres urbain·e·s, les femmes, les jeunes, les étudiant·e·s, les enfants, les travailleur·se·s migrant·e·s, les peuples autochtones, les groupes minoritaires, les militant·e·s politiques et les défenseur·euse·s des droits humains. Sa mission principale est de rendre des services juridiques compétents, avec la mobilisation de l’éducation juridique, de la formation, ainsi que de mettre ses connaissances et de l’expérience, au service des secteurs marginalisés pour leur défense et la promotion de leurs droits et libertés.
Faculté Information et communication

(En construction)

Faculté de Gestion

(En construction)

Processus pédagogique
Avant le stage
  • Les Midis de la FUCID : Pour appuyer les étudiant·e·s dans l’acquisition d’une certaine ouverture d’esprit, la FUCID leur demande de participer au minimum à cinq des dix « Midis de la FUCID » (lien vers la page Midi de la FUCID, des PROFESSEURS!) du quadrimestre en cours. Il s’agit de rencontres conviviales avec des intervenant·e·s issu·e·s du milieu professionnel, de la société civile, du monde académique ou simplement de partage d’expériences de vie
  • Formations : En plus des Midis de la FUCID, l’ONG universitaire offre l’occasion de se former préalablement au stage. Les modalités divergent selon qu’il s’agira d’un stage en Belgique ou dans un pays dit « Sud ».
    Les formations pour les stages dans le Sud
    Forte d’années d’expérience dans le secteur, la FUCID développe des formations « au départ » (durant 2 journées). Elles ont pour objectif de préparer le·la stagiaire à vivre une expérience déstabilisante. En effet, l’arrivée dans un pays aux mœurs et coutumes différents peut provoquer des chocs culturels chez le·la voyageur·euse. Les formations au départ donnent des outils et des grilles de lectures aux stagiaires afin qu’ils·elles soient capables de prendre du recul et d’intégrer leurs observations. Ces ressources peuvent alors être mobilisées afin de s’adapter et s’intégrer au contexte local.
    D’autres thématiques sont essentielles à aborder avant un tel séjour afin qu’il se déroule dans de bonnes conditions comme : une introduction à l’économie du développement (aide à comprendre les conditions économiques du pays de destination), le rapport au don, l’interculturalité, la déconstruction des stéréotypes et préjugés…
    Lors de ces formations, la FUCID donne aussi tous les conseils pratiques utiles au départ : vaccins, visas, essentiels à emporter, etc.
    Les formations pour les stages en Belgique
    Il s’agit dans ce cas d’apporter un approfondissement de la thématique spécifique du stage, visant à éveiller l’esprit citoyen et à provoquer le débat. Par exemple, si un·e étudiant·e va effectuer son stage dans un cabinet d’avocat·e·s qui traite des dossiers de demandeur·es·s d’asile, il/elle sera préalablement formé aux thématiques de justice migratoire ; si un·e étudiant·e va travailler avec un organisme de micro-crédit, il/elle aura l’occasion d’en savoir plus sur les dérives de la finance.
Pendant le stage

Pour les stages hors Belgique, en plus de proposer un lieu de stage, la FUCID intervient également pour faciliter le logement.
Concernant le budget, une bourse est disponible auprès de la FUCID. Elle comprend une participation de 500 € à l’achat du billet d’avion, avec un plafond fixé au montant de l’aller-retour. Par exemple, si ton aller-retour coûte 425 €, ce sera également le montant de ta bourse. D’autres bourses sont également disponibles (notamment auprès de l’ARES). La FUCID est présente pour accompagner les étudiant·e·s dans la remise des dossiers relatifs à leur obtention.

Après le stage

Afin que la riche expérience qu’ils·elles ont vécue rayonne au-delà de leur cursus, la FUCID propose de créer un outil qui permettra d’inscrire ce projet dans la durabilité. L’étudiant·e choisit la modalité qui semble la plus pertinente pour toucher un public cible en fonction de la thématique. A titre d’exemple, il pourrait s’agir d’un album photo, d’une courte vidéo, d’un petit reportage, d’un article à publier dans l’Omalius, de l’organisation d’une conférence, d’un exposé lors d’un prochain cours ou d’un Midi de la FUCID…

Les engagements de la FUCID

La FUCID s’engage à proposer aux facultés intéressées des stages solidaires en mobilisant son réseau associatif ainsi que le réseau académique. Les facultés ayant déjà des contacts dans des pays Sud sont invitées à les communiquer à l’ONG.
Sont communiqués au responsable des stages de la faculté :

  • Le nom et le contact de l’entreprise/association/service qui accueillera le stage
  • Le nom et le contact de la personne de référence sur place
  • La thématique traitée par le stage
Avant le stage

La FUCID prend en charge toute l’organisation des Midis de la FUCID ainsi que des formations des stagiaires.
Elle offre une possibilité de bourse au départ pour les stages Sud. Cette bourse couvre le montant du billet d’avion aller-retour avec un maximum de 500 € / étudiant·e. Le reste des frais est à charge du·de la stagiaire (visa, vaccins, assurances, séjour).
La FUCID trouvera également un logement aux stagiaires, dans le cas où il s’agit d’un stage proposé par la FUCID. L’ONG a pour habitude de faire loger les étudiant·e·s « chez l’habitant·e ». L’expérience n’en est que plus forte.

Pendant le stage

La FUCID s’engage à tenir un minimum de trois échanges avec les stagiaires:
Le premier au début de stage pour vérifier que tout se passe bien et correspond au stage décrit
Le second, plus long, pour évaluer à mi-parcours le stage en cours. Cet échange permet un réajustement en cours de route si quelque chose venait à mal se passer.
Le dernier avant le départ ou au retour afin d’avoir une évaluation « à chaud » du stage par l’étudiant·e.

Après le stage

La FUCID s’engage à rencontrer les stagiaires pour procéder à l’évaluation du stage. Cette évaluation s’entend non pas sur le plan académique (le rapport est là pour ça) mais bien personnel. Cette expérience étant tant académique que sociale et citoyenne, d’autres aspects que le seul bagage professionnel doivent être revus avec les étudiant·e·s.
Selon l’accord passé avec la Faculté, la FUCID peut éventuellement contribuer à l’évaluation de la partie du rapport de stage concernant la dimension solidaire de l’expérience.
Enfin, la FUCID veillera à ce que l’outil de rayonnement de l’expérience du stage solidaire soit bien produit. Pour cela, elle mobilisera les stagiaires à leur retour et effectuera un suivi régulier de l’avancement de leurs projets.

Cursus sans stage ?

Si aucun stage n’est prévu dans votre faculté (c’est le cas, par exemple des facultés de Lettres, d’Histoire, de Sciences vétérinaires…), une autre possibilité s’offre à vous si vous souhaitez encourager des étudiant·e·s à vivre une expérience de mobilité solidaire : les « Do It Yourself ».

Il s’agit de trouver par eux/elles-mêmes, avec le soutien d’un·e professeur·e, un stage à effectuer dans un pays Sud ou en Belgique, avec la dimension solidaire.

  • Pour ce faire, il faut commencer par former un groupe d’étudiant·e·s intéressé·e·s par (entre 4 et 6 personnes).
  • Ensuite, vous définissez ensemble une thématique qui deviendra le fil rouge de votre projet. La FUCID n’étant pas spécialisée dans une matière, les angles d’approche peuvent être nombreux tant qu’ils touchent au développement durable, aux droits humains ou à l’interculturalité.
  • Une première rencontre avec l’équipe de la FUCID est à prévoir à cette étape pour valider, affiner et étoffer le sujet.
  • Ensuite, les étudiant·e·s devront trouver une personne de contact sur place, ainsi qu’un·e référent·e au sein de leur établissement (professeur·e, chercheur·e, assistant·e…)
  • Enfin, ils/elles doivent introduire auprès de la FUCID un dossier de présentation du stage souhaité, comprenant toutes ces informations : description détaillée du projet, motivations, au moins un contact sur place, dépendre d’une structure existante (ONG, entreprise, association, administration…), planification prévue avec le·la référent·e…

Cette liste est non exhaustive et peut être revue au cas par cas selon les dossiers présentés à l’ONG.

Deux exemples de Do It Yourself passés : 4 étudiantes en Droit sont parties en RDC pour rencontrer les personnes qui travaillent avec les victimes de violences sexuelles. 4 étudiants en sciences vétérinaires sont partis dans les Andes colombiennes pour découvrir comment vivent les éleveur·se·s d’ovins dans ces contrées.

Adresse postale :
Rue de Bruxelles 61
5000 Namur

Adresse bureaux :
Rue Bruno 7

5000 Namur
Téléphone :  081/72 50 88
E-mail : fucid@unamur.be

SUIVEZ-NOUS

14 + 7 =