Apprendre par la grève

Les 8 et 9 mars dernier, les femmes belges se sont mises en grève : une grève du travail rémunéré, du soin aux autres, de la consommation et une grève étudiante. Elles ont en effet rejoint un mouvement mondial, en choisissant un processus participatif et horizontal, depuis maintenant deux ans. Cette forme de mobilisation a notamment trouvé un écho auprès des jeunes de 18-25 ans, public cible de la FUCID en tant qu’ONG universitaire. Suite à une rencontre avec le Collecti.e.f 8 maars, Alix Delvigne, chargée de projet à la FUCID, s’interroge donc : comment analyser, apprendre, s’inspirer, de cette démarche ?

Genre : la solidarité internationale est pavée de bonnes intentions

Alors que le genre a le vent en poupe en ECMS, il convient de se poser une question de taille (et un peu provocante) : si l’intégration du genre en ECMS change le monde… le change-t-elle systématiquement dans le bon sens ? À partir de deux cas – la mobilisation contre les violences sexuelles en RDC et la lutte contre l’homophobie et l’excision au Mali – cette analyse ouvre un champ de réflexion qui gagnerait à être approfondi : comment l’ECMS pourrait-elle s’assurer que la mobilisation citoyenne autour de questions aussi politiques que le genre et la sexualité n’aboutissent pas à des effets contraires à ceux escomptés ?

ÉTUDE – Sensibiliser aux inégalités femmes-hommes dans le monde… sans alimenter les discours racistes

Depuis les années 2000, l’intégration du genre dans le travail des ONG s’est imposée comme une condition de financement par les bailleurs de fonds. Au sein du volet Nord, le secteur de l’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire s’évertue ainsi à questionner les inégalités femmes-hommes dans les contenus des animations et outils pédagogiques qu’il développe. Dans un contexte où les questions de genre et sexualité, extrêmement politisées, dessinent une frontière entre un Occident moderne, progressiste, champion auto-proclamé de la liberté sexuelle et de la tolérance, au reste du monde présenté comme foncièrement menaçant vis-à-vis des femmes et des minorités sexuelles, l’intégration du genre pose des défis considérables : comment conscientiser un large public aux inégalités de genre dans le monde sans activer des stéréotypes racistes et coloniaux ?

Sensibilisation aux violences sexuelles dans le monde : que révèlent les visuels ?

Le secteur de l’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire (ECMS) participe, depuis quelques années, à une multiplication d’initiatives en faveur de l’égalité femmes-hommes dans les projets de sensibilisation, mobilisation et plaidoyer. Mais comment sensibiliser aux questions de genre sans renforcer des stéréotypes racistes de « l’homme du Sud violent », qui font le lit de l’extrême droite ? Cette analyse se concentre plus spécifiquement sur les illustrations utilisées dans un outil pédagogique consacré au genre pour illustrer comment, dans certains cas, nous, ONG, contribuons parfois malgré nous à ériger une frontière entre « eux » et « nous ».

L’écriture inclusive est-elle vraiment inclusive ?

Face au sexisme ambiant, les défenseur·e·s de l’écriture inclusive ont, en toute logique, présenté les arguments favorables à cette initiative et tu les zones d’ombre. Ce sont précisément les zones d’ombre que cette analyse s’attèle à explorer. L’écriture inclusive est-elle vraiment inclusive ?