Frédéric Lubansu : théâtre et désaliénation des imaginaires

Frédéric Lubansu est un artiste, plasticien, comédien et metteur en scène d’origine belgo-congolaise. Très actif dans le monde du théâtre et du cinéma en Belgique et en France, il s’attache à questionner la place des Afro-descendant·e·s dans nos sociétés contemporaines. Le théâtre, lieu où subsistent malheureusement encore des discriminations à l’égard des personnes noires, est cependant également, pour Frédéric Lubansu, un outil de désaliénation puissant et un moyen de renforcer le dialogue interculturel. Propos recueillis par Antoine Stasse, chargé de projet à la FUCID.

Apprendre par la grève

Les 8 et 9 mars dernier, les femmes belges se sont mises en grève : une grève du travail rémunéré, du soin aux autres, de la consommation et une grève étudiante. Elles ont en effet rejoint un mouvement mondial, en choisissant un processus participatif et horizontal, depuis maintenant deux ans. Cette forme de mobilisation a notamment trouvé un écho auprès des jeunes de 18-25 ans, public cible de la FUCID en tant qu’ONG universitaire. Suite à une rencontre avec le Collecti.e.f 8 maars, Alix Delvigne, chargée de projet à la FUCID, s’interroge donc : comment analyser, apprendre, s’inspirer, de cette démarche ?

Donner du sens à l’engagement - Expérience d’un marrainage avec des femmes demandeuses d’asile

Astrid Modera, assistante/doctorante au Département de Sciences, Philosophies et Sociétés à l’UNamur et bénévole FUCID a eu l’occasion de participer au projet “marrainage” co-organisé par la FUCID et le centre d’accueil Pierre Bleue d’Yvoir : un projet ayant pour but de mettre en relation des femmes demandeuses d’asile et des femmes extérieures au centre. De son engagement, Astrid Modéra tire une série de réflexions critiques touchant aux problématiques de l’interculturalité et de l’engagement.

Pas de transition sans co-construction et mise en commun de savoirs pluriels : le cas dans l’agriculture

Dans la foulée de ses réflexions et actions autour de « la transition juste », la FUCID, en partenariat avec l’Institut Transitions de l’UNamur, propose, au départ des propositions d’un groupe de base de travail, des espaces d’échange d’expériences, de parole et de réflexion aux citoyen·ne·s. Ces espaces sont notamment proposés sous la forme « d’ateliers-débats » et de « cafés philo », en soirée, afin de permettre plus facilement à tout·e un·e chacun·e d’y participer. La question qui nous préoccupe ce soir de novembre : « Quels modèles de transition pour notre agriculture ? ». Cette analyse, en plus d’explorer les différentes réflexions soulevées par les participant·e·s sur les modèles d’agriculture durable, interroge : comment donc explorer la dimension collective de la parole en tissant ensemble les fils de réflexion qui nous soient réellement communs et effectivement co-construits ?

ÉTUDE - Théâtre-action et interculturalité : les enseignements à tirer d’un dispositif

Cette étude, sous forme d’action-recherche, se penche sur l’apport du dispositif de théâtre-action avec un groupe multiculturel dans une démarche d’éducation permanente, et s’adresse aux acteur·rice·s du monde associatif désireux·ses de se lancer dans une démarche similaire. Elle retrace les réflexions critiques qui ont jalonné la création de la pièce, et met en exergue à la fois les conditions de réussite (et les erreurs de parcours) d’un tel processus multiculturel et ses effets. Dans quelle mesure ce projet est-il moteur d’une transformation sociale ?

La société civile africaine : quelles expériences dans la remise en cause de l’ordre établi ?

Au regard du développement, des dynamiques actuelles des sociétés et des limites avérées des élites africaines à transformer l’Etat en profondeur, comment les sociétés civiles pourraient-elles jouer un rôle moteur, réformateur, « transformateur », voire « révolutionnaire » dans la remise en cause de l’ordre établi ? Comment pourraient-elles contribuer à construire des systèmes politiques « modernes », efficaces, justes et durables ?