Intervention dans le cursus

Parce que l’ECMS, ce n’est pas que des conférences ou des ciné-forum, la FUCID vous propose des activités qui s’intègrent dans le cursus des étudiant·e·s. Du cours métis aux animations d’outils pédagogiques, en passant par les stages solidaires ou les soirées thématiques, les possibilités sont nombreuses pour faire de vos programmes des leviers de changement.

Modalités pratiques

Si vous êtes interessé·e par cette démarche d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire (ECMS), prenez contact avec la FUCID afin de nous le signaler !

En combinant votre connaissance du programme et nos compétences d’animation en ECMS ainsi que notre réseau associatif et culturel, nous travaillons ensuite en étroite collaboration afin d’identifier ensemble les objectifs pédagogiques de l’activité, ses modalités, l’organisation pratique, etc. Les animateur·trice·s de la FUCID sont également présent·e·s pendant l’activité et l’animent ou la modèrent. Si vous le souhaitez, ces temps d’animation peuvent faire partie intégrante de la matière de cours et sont crédités (ECTS).

Dans le cas d’un cours méta-métis, nous proposons les intervenant·e·s qui peuvent apporter une réelle plus-value à votre domaine de recherche ou d’enseignement. La FUCID s’engage également à prendre en charge le financement de ces cours (50 euros par heure de cours) et à en faire la promotion. En effet, ces cours sont des cours ouverts, n’importe quel étudiant·e, professeur·e, chercheur·euse ou membre du personnel peut venir y assister. Il est souhaité qu’à l’initiative de l’enseignant·e s’établisse un partenariat avec l’intervenant·e pour la mise en place d’un cours méta-métis et qu’une rencontre préalable, ou un appel téléphonique selon les disponibilités de chacun·e, ait lieu afin de bien cibler l’intervention. Le·la professeur·e remplira également une fiche d’évaluation après le cours méta-métis et la remettra à la FUCID, dans un souci d’amélioration continue. Une autre évaluation sera distribuée aux élèves.

Cours méta-métis

Cours métis

Il s’agit d’une séance de cours normale, aux lieux et heures habituels, où le·la titulaire invite un·e intervenant·e (professeur·e, doctorant·e, chercheur·euse, représentant·e de la société civile…) originaire d’un pays du Sud ou qui connait très bien la réalité d’un pays du Sud, à intervenir dans son cours. L’exposé de cette personne permet d’apporter un regard différent sur la matière du cours à partir de ses recherches ou de ses expériences professionnelles propres et donc à partir d’une autre culture. Cette intervention donne lieu à une discussion, un débat entre les étudiant·e·s, le·la titulaire et la personne invitée.

L’intérêt de ces cours métis est de donner la possibilité au professeur·e et à ses étudiant·e·s de prendre du recul par rapport à leur matière en la plaçant dans la perspective de la culture de leur invité·e. Et si vous êtes amené·e à recevoir en Belgique des personnes originaires de pays « du Sud », merci d’avoir une petite pensée pour la FUCID ! Peut-être pourrons-nous organiser un cours métis auquel vous n’auriez pas pensé et ainsi valoriser les savoirs et compétences de votre invité·e, dans le cadre d’un autre cours ou d’une autre faculté.

Cours méta

Un cours méta fonctionne exactement comme un cours métis, sauf que la personne invitée est un membre de la société civile belge – par exemple, d’une ONG ou du monde associatif – pour venir exposer une problématique avec un autre regard pendant un cours.

Animation pendant les cours

La FUCID possède une bibliothèque d’outils pédagogiques qui peuvent être animés durant les cours. Une de nos spécificités en tant qu’ONG universitaire est de proposer aux agent·e·s éducatif·ve·s des outils pédagogiques et/ou animations dans le cadre de leur cours.

Activité en soirée

Outre les animations pendant les heures de cours, une autre option s’offre à vous si vous souhaitez insuffler un vent de citoyenneté mondiale et solidaire dans votre programme. La FUCID propose aussi de coordonner l’organisation d’une activité en soirée, liée au contenu des cours. Il peut s’agir de la visite d’une entreprise, d’une exposition, de la projection d’un documentaire, de l’organisation d’une conférence, etc.

Alors, si vous êtes interessé·e par cette démarche d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire (ECMS), prenez contact avec la FUCID afin de nous le signaler !

Quelques exemples de cours méta-métis passés

PHILOSOPHIE : Eclairage croisé d’une discipline ou d’un courant de pensée. Engager une discussion sur la modernité en confrontant la pensée d’Habermas et la situation latino-américaine.
GÉOGRAPHIE : Questionnement d’une méthodologie par une approche comparative. Evaluer une méthode de recherche action en matière d’habitat populaire à partir d’expériences dans le quartier des Marolles et dans un quartier populaire de Mexico.
SOCIOLOGIE : Eclairage croisé de certaines notions. Envisager la thématique de la démocratie en Afrique et en Amérique latine.
SCIENCES RELIGIEUSES : Questionnement. « Le Christ est-il chez lui en Afrique ? »
INFORMATIQUE : Observations sur les décalages Nord-Sud dans le processus d’informatisation de la société.
ÉCONOMIE : Eclairage croisé de situations économiques différentes : comparer les modèles de développement de la Belgique et des Philippines.
MÉDECINE VÉTÉRINAIRE : Questionnement d’une méthodologie par une approche comparative. Recevoir un éleveur massaï et apprendre de ses méthodes.
MÉDECINE : Eclairage croisé de pratiques culturelles. Introduire la multiculturalité lors des soins médicaux en recevant une sage-femme béninoise.

Objectifs pédagogiques
  • RÉELLE PLUS-VALUE À VOTRE PROGRAMME DE COURS : Utiliser l’expérience de vie ou le savoir d’un·e intervenant·e pour illustrer la théorie/technique de votre cours et obtenir de cette manière un exemple « vivant ».
  • INNOVER DANS VOS TECHNIQUES PÉDAGOGIQUES : Varier du classique « ex cathedra » et proposer une expérience différente à vos étudiant·e·s. Un Cours MÉTIS restera dans leurs mémoires.

  • VALORISATION DES SAVOIRS : Instaurer un rapport différent du Nord avec le Sud. Au lieu de regarder le Sud avec paternalisme ou exotisme, les Cours MÉTIS sont l’occasion d’apprendre à regarder avec un intérêt différent et plus de recul.

  • CHANGER LE REGARD SUD : Proposer à des chercheur·euse·s du Sud de valoriser leur présence dans une université belge, leur permettre d’avoir d’autres rapports, tant avec des étudiant·e·s qu’avec des académiques et des scientifiques belges. Leur présence dans un lieu de savoir leur montre l’égard qui leur est donné et la confiance qui leur est accordée.

  • PROVOQUER LE DÉBAT : Les Cours MÉTIS réintroduisent le débat au sein même des auditoires, lieu essentiel de la vie universitaire, afin que les étudiant·e¶s interviennent de façon active dans le cours. Introduite dans ce lieu, la thématique Nord-Sud est amenée au plus près des étudiant·e·s.

Quels sont les pièges à éviter ?
  • UN COURS DE PLUS : Tomber dans le double piège de donner un cours selon le modèle habituel (présentation de la matière) au lieu de susciter la réflexion et de laisser la place à l’expression de l’assistance ; Instaurer un cours de plus à côté des autres et détaché de l’ensemble de la matière.
    → Mais plutôt : contextualiser les démarches réflexives afin d’en faire percevoir les implications et relations avec la matière habituellement enseignée. Un Cours MÉTIS n’est ni une conférence, ni un cours ex cathedra.
  • UN NOUVEL EXOTISME : Se servir du Sud comme un mythe pour dénoncer tout ce qui va mal en Occident en faisant l’économie d’une réflexion critique.
    → Mais plutôt : Comparer et provoquer des éclairages croisés de différentes cultures.
  • LES STÉRÉOTYPES : Considérer les intervenant·e·s comme des porte-paroles ou des dépositaires de la vérité sur les cultures et réalités de leur société.
    → Mais plutôt : confronter des expériences concrètes personnelles et des approches scientifiques débouchant ainsi sur une pluralité de regards.
  • L’INCOMMUNICABILITÉ : Juxtaposer des situations dont on ne peut constater que l’étrangeté réciproque.
    → Mais plutôt : Le débat doit plutôt porter sur des réalités communes, accessibles et compréhensibles aussi bien aux intervenant·e·s qu’à l’auditoire.
Exemples d'outils pédagogiques

Les outils pédagogiques de la FUCID : la FUCID possède certains outils pédagogiques créés par son équipe ainsi que des étudiant·e·s. Ils traitent plus particulièrement des questions de migration. Vous pouvez vous faire une idée de ceux-ci sur cette page.

Le Traité ZZ : un outil traitant des Traités internationaux et de leurs potentielles dérives. Jeu de plateau/de rôle pouvant être joué jusqu’à 18 joueur·se·s. Les participant·e·s sont confronté·e·s à la sortie d’un traité de libre-échange international mettant en péril leur démocratie, leurs droits, leur environnement… Ils/elles vont alors coopérer pour découvrir des initiatives d’économie sociale et solidaire (ESS) venues du monde entier et s’en inspirer afin de créer un traité citoyen alternatif.

Le Sudestan – “le pays dont vous êtes le gouvernement” : jeu de rôle durant lequel les participant·e·s deviennent des gouvernements actifs sur la scène internationale et essayent de développer leur pays. Malheureusement, certain·e·s sont confronté·e·s à diverses crises internationales dont ils/elles subissent les conséquences, d’autres font face aux mesures d’austérité du FMI. L’objectif est d’aborder la question de la dette des pays des Suds.

Le Fil de l’Info : permet de visualiser et modéliser les liens entre l’information, ce qui la constitue, les acteur·trice·s qui participent à son organisation ou qui la contrôlent et les impacts de ce modèle sur les consommateur·trice·s et producteur·trice·s d’information. Les interactions entre les différent·e·s acteur·trice·s sont représentées par une ficelle qui relie les participant·e·s et matérialise la complexité des liens d’interdépendance qui les unissent.

Ctrl+N (“Contrôle la Haine”) : l’objectif est approcher les médias et les réseaux sociaux de manière critique, d’autant plus sur les sujets qui concernent des personnes étrangères et d’origines étrangères. Cet outil est basé sur l’analyse de capture d’écran d’articles publiés en ligne. Les participant·e·s devront trouver lesquels font part d’informations vérifiables et lesquels sont mensongers.

Le Bienvenu : basé sur le journal du même nom. Après avoir distribué ledit journal aux participant·e·s, nous les invitons à se questionner sur les stéréotypes qu’ils/elles peuvent avoir sur les migrant·e·s. Pour cela, nous leur proposons d’analyser les Unes de différents journaux datant du 24/02/2016.

Débat mouvant : la matière du cours est reprise et formulée sous forme de plusieurs propositions. L’animateur·trice les énonce les unes après les autres et invite à chaque fois les participant·e·s à se positionner dans l’espace en fonction de leur opinion. S’en suit un débat d’idées. Le débat mouvant permet déchanger ses points de vue sur une situation donnée en argumentant/contre argumentant; réfléchir sur des pistes de solutions/alternatives; stimuler l’esprit critique.

Abigaëlle : conte narré aux participant·e·s qui doivent ensuite créer une échelle de valeur des personnages en fonction de leur sens moral. Le but est de prendre conscience de ses propres valeurs ; que tou·te·s n’acceptent pas nos valeurs ; que nos valeurs influencent nos comportements, jugements, communications ; que les valeurs ne sont pas figées, qu’elles peuvent évoluer.

Politiki : La population n’a plus confiance dans le pouvoir politique pour œuvrer au développement du pays. En tant que représentant·e·s de partis politiques, les participant·e·s devront trouver des solutions aux défis de leur région, la développer et restaurer la confiance de sa population. Cet outil pousse au débat et permet de faire réfléchir à la façon dont se développe une région et renforce les compétences en argumentation et en négociation. Ces réflexions donnent l’opportunité aux participant·e·s de la formation, futur·e·s électeur·trice·s, de mieux cerner les arguments des campagnes électorales et les enjeux politiques du développement.

Il y en a encore beaucoup d’autres ! N’hésite pas à passer au bureau de la FUCID pour en savoir plus.

Adresse postale :
Rue de Bruxelles 61
5000 Namur

Adresse bureaux :
Rue Bruno 7
5000 Namur

Tél : 081/72 50 88
Mail : fucid@unamur.be

BE0416.934.803 – Inscrite au registre des personnes morales de Namur.
IBAN : BE45 0013 1728 8389
BIC : GEBABEBB