Analyses et études

À travers ses analyses et études, la FUCID ouvre un espace de réflexion collective entre les militant·e·s du monde associatif, les citoyen·ne·s du Nord et du Sud et des enseignant·e·s/chercheur·se·s. En multipliant les regards et les angles d’approche sur les questions de société liées à la solidarité internationale, la FUCID propose de renforcer, au sein de l’enseignement supérieur, la valorisation d’alternatives aux systèmes de pensée dominants.

Toutes ces réflexions visent un regard critique sur le monde et notre modèle de développement afin d’entamer une transition vers une société multiculturelle (et/ou interculturelle) plus solidaire, plus juste et plus écologique. Elles sont articulées autour de quatre portes d’entrées thématiques pour lesquelles la FUCID a acquis depuis des années une expertise :

  • Les échanges de savoirs, sources de modes de pensées et d’actions critiques et innovants.

  • L’engagement, dans une perspective d’auto-critique, d’évolution et de questionnement de nos propres formes d’engagement.

  • L’interculturalité, c’est à dire l’interaction entre différents groupes de personnes au sein d’une société multiculturelle.

  • Le genre, mais en restant attentifs à l’intersectionnalité – l’interaction entre le genre, l’origine, la classe sociale, et d’autres catégories de différences dans dans la vie d’individus et leurs pratiques sociales, et l’issue de ces interactions en termes de pouvoir et d’inégalités

Échanges de savoirs
Faire de l’éducation permanente « universitaire » ?

Mai 2020

En savoir +

« Faire de l’éducation permanente « universitaire » ». Voilà une assertion qui s’apparente à de la provocation ! L’éducation permanente et l’enseignement universitaire semblent en effet bien différents : d’un côté, un apprentissage s’appuyant sur l’expérience vécue, en partie déterminée par des rapports de domination, d’un public « populaire » ; de l’autre, une éducation avant tout basée sur la transmission d’une connaissance savante par des experts, à un public destiné à devenir l’« élite » de la société. Pourtant, en s’engageant dans des projets d’éducation permanente, la FUCID a la conviction que faire de l’éducation permanente et populaire sans trahir ni le projet d’éducation permanente ni la spécificité universitaire de l’ONG n’est pas une gageure, mais un beau défi : celui de faire, comme l’appelle Stéphane Leyens, directeur de la FUCID, dans cette analyse, de l’éducation permanente « universitaire »…

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Frédéric Lubansu : théâtre et désaliénation des imaginaires

Mai 2020

En savoir +

Frédéric Lubansu est un artiste, plasticien, comédien et metteur en scène d’origine belgo-congolaise. Très actif dans le monde du théâtre et du cinéma en Belgique et en France, il s’attache à questionner la place des Afro-descendant·e·s dans nos sociétés contemporaines. Le théâtre, lieu où subsistent malheureusement encore des discriminations à l’égard des personnes noires, est cependant également, pour Frédéric Lubansu, un outil de désaliénation puissant et un moyen de renforcer le dialogue interculturel. Propos recueillis par Antoine Stasse, chargé de projet à la FUCID.

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Éducation populaire/permanente et ONG universitaire : un pari osé ? Des pistes de réflexions autour de l’expression de l’éducation populaire et permanente dans le cadre d’une ONG universitaire.

Avril 2020

En savoir +

La démarche d’éducation permanente et populaire est transversale à tout projet proposé par la FUCID. En tant qu’ONG universitaire, la tâche peut sembler ardue tant « universitaire » et « éducation permanente et populaire » semblent, à priori, difficilement conciliables. Pourtant, il est possible de tisser des liens entre ces « vieux ennemis » afin de continuer à s’interroger sur le sens de nos actions. A travers cette analyse, Sarah Beaulieu, chargée de projet d’éducation permanente à la FUCID, s’arme ainsi de grilles de lecture (notamment les Modes de Travail Pédagogiques de Marcel Lesne) afin de mieux comprendre comment faire évoluer les pratiques et perspectives pour un meilleur dialogue entre éducation permanente et éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire au sein d’une structure universitaire.

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Échange de savoirs entre monde académique et communautés marginalisées. Une expérience au Sud inspirante pour le Nord

Avril 2020

En savoir +

S’il est largement acquis que la connaissance scientifique peut contribuer à l’élaboration d’un monde meilleur – pensons, pour l’exemple, à la gestion d’une crise sanitaire – l’intérêt sociétal des savoirs « populaires », ou savoir non-savant, est souvent considéré comme moins évident pour des citoyen·ne·s pétri·e·s de culture scientifique. Or, la valeur que constitue la pluralité des savoirs ne peut être ignorée. La FUCID, qui entend jouer un rôle important dans l’ouverture de la communauté universitaire à la diversité des savoirs, doit donc se nourrir d’expériences d’échange de savoirs entre monde universitaire et communautés marginalisées. Cette analyse de Stéphane Leyens, directeur de la FUCID, rend ainsi compte d’une expérience de ce type qui s’articule à un projet de recherche-action aux Philippines.

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Pas de transition sans co-construction et mise en commun de savoirs pluriels : le cas dans l’agriculture

Décembre 2019

En savoir +

Dans la foulée de ses réflexions et actions autour de « la transition juste », la FUCID, en partenariat avec l’Institut Transitions de l’UNamur, propose, au départ des propositions d’un groupe de base de travail, des espaces d’échange d’expériences, de parole et de réflexion aux citoyen·ne·s. Ces espaces sont notamment proposés sous la forme « d’ateliers-débats » et de « cafés philo », en soirée, afin de permettre plus facilement à tout·e un·e chacun·e d’y participer. La question qui nous préoccupe ce soir de novembre : « Quels modèles de transition pour notre agriculture ? ». Cette analyse, en plus d’explorer les différentes réflexions soulevées par les participant·e·s sur les modèles d’agriculture durable, interroge : comment donc explorer la dimension collective de la parole en tissant ensemble les fils de réflexion qui nous soient réellement communs et effectivement co-construits ?

Lire l’article. Télécharger l’analyse en PDF

Rééquilibrer pour décoloniser : à la recherche d’autonomie

Novembre 2019

En savoir +

Le 18 octobre 2019, Uni4Coop – dont la FUCID est membre – et ARES organisaient une journée de réflexion intitulée “globalisation des savoirs”. Axel Gossiaux, doctorant en sciences politiques et sociales, a pu interroger cinq participant·es à cette journée – des boursier·ières de l’ARES issus de cinq pays anciennement colonisés – afin de comprendre de quoi la décolonisation des savoirs pouvait-elle être le nom pour ces cinq jeunes. Dans un contexte où « la planète est devenue un village », il convient en effet de réfléchir à l’équilibre des circulations de connaissance et d’idées, pour faire face aux nombreux défis qui se posent à l’humanité. Les réflexions formulées et les pistes d’action avancées par les personnes interviewées participent ainsi aux renversements de perspectives qu’appellent la décolonisation des savoirs et l’entreprise décoloniale de manière générale.

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Décoloniser pour révolutionner

Octobre 2019

En savoir +

Dans un contexte où l’hégémonie occidentale semble être remise en question dans toutes ses formes et dans tous ses champs d’application, le Sud devient de façon croissante le centre des conversations et du devenir de la planète. Dès lors, de plus en plus de pensées plaident pour le décentrement et la fin du monopole de « l’Occident » sur la production, la représentation, la diffusion et, de manière plus générale, sur notre propre rapport aux « savoirs ». En d’autres mots, il s’agit de décoloniser les savoirs. Une analyse afin de susciter la réflexion sur le sujet tout en le replaçant dans son contexte historique.

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

La décroissance pour l’Afrique vue par des Africain·e·s. Point de départ pour un dialogue Nord/Sud

Juin 2017

En savoir +

Il existe chez les décroissancistes deux écoles : un courant, largement majoritaire, qui promeut la décroissance uniquement dans les pays dits « du Nord », et quelques auteur·e·s téméraires partisan·e·s d’une décroissance aussi pour les pays dits « du Sud ». Qu’en pensent les principaux·ales intéressé·e·s ? Un survol de la littérature laisse le·a lecteur·trice sur sa faim : très rares sont les penseur·se·s issu·e·s du « Sud », et plus particulièrement les penseur·se·s africain·e·s, à s’être exprimé·e·s sur la question. La FUCID a tenté de pallier ce manque en introduisant le débat auprès d’une dizaine de personnes issues de pays africains.

Télécharger l’analyse en PDF.

La société civile africaine : quelles expériences dans la remise en cause de l’ordre établi ?

Mars 2017

En savoir +

Au regard du développement, des dynamiques actuelles des sociétés et des limites avérées des élites africaines à transformer l’Etat en profondeur, comment les sociétés civiles pourraient-elles jouer un rôle moteur, réformateur, « transformateur », voire « révolutionnaire » dans la remise en cause de l’ordre établi ? Comment pourraient-elles contribuer à construire des systèmes politiques « modernes », efficaces, justes et durables ?

Télécharger l’analyse en PDF.

Le rôle de la société civile dans l’évolution et la transformation des pratiques politiques et sociales. Le cas du Burundi

Mars 2017

En savoir +

L’émergence de la société civile est certainement l’un des faits les plus marquants des trois dernières décennies au Burundi. Cette dynamique associative a connu un coup d’accélérateur avec la crise, qui a débuté le 21 octobre 1993. Dans la plupart des cas, les associations sont nées pour répondre aux défis et aux besoins engendrés par la crise et, surtout, pour faire face aux carences de l’Etat, incapable de remplir ses missions traditionnelles, car affecté par la crise.

Télécharger l’analyse en PDF.

10 idées reçues sur la décroissance

Février 2017

En savoir +

Tandis que les cours d’économie dispensés à l’université présentent généralement la croissance comme la panacée, la FUCID a souhaité confronter ces savoirs orthodoxes à une autre conception de l’économie, opposée, elle, à la recherche perpétuelle de croissance. Pour réduire ce fossé entre positionnement académique et décroissanciste, la FUCID propose ici de nuancer dix idées reçues qu’inspire le mouvement de la décroissance, parfois mal compris.

Télécharger l’analyse en PDF

Engagement
Apprendre par la grève

Avril 2020

En savoir +

Les 8 et 9 mars dernier, les femmes belges se sont mises en grève : une grève du travail rémunéré, du soin aux autres, de la consommation et une grève étudiante. Elles ont en effet rejoint un mouvement mondial, en choisissant un processus participatif et horizontal, depuis maintenant deux ans. Cette forme de mobilisation a notamment trouvé un écho auprès des jeunes de 18-25 ans, public cible de la FUCID en tant qu’ONG universitaire. Suite à une rencontre avec le Collecti.e.f 8 maars, Alix Delvigne, chargée de projet à la FUCID, s’interroge donc : comment analyser, apprendre, s’inspirer, de cette démarche ?

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Le bar de l’humanité

Mars 2020

En savoir +

En janvier 2020, dans le cadre d’un projet mené par la FUCID, Matteo Pasanisi a eu l’occasion de voyager, avec 11 autres étudiant·e·s, à Nice, afin de découvrir des militant·e·s engagé·e·s quotidiennement auprès des migrant·e·s. Parmi ces rencontres, l’une l’aura particulièrement marqué : celle de Delia, gérante du Hobbit Bar. À travers cette analyse, Matteo nous partage son témoignage et ses réflexions sur la responsabilité citoyenne face à l’urgence migratoire.

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Quels engagements face à l’effondrement ?

Mars 2020

En savoir +

Le 17 février 2020, la FUCID organisait, en collaboration avec l’Institut Transition, un café-philo sur le thème : “La collapsologie, nouvelle forme d’utopie ?” Suite à cette rencontre, Alix Buron, chargée de communication à la Fucid, développe dans une analyse une série de questionnements : quels discours pour sensibiliser aux thématiques environnementales ? Quels imaginaires pour quels types d’actions ? Mais surtout : un engagement citoyen est-il seulement envisageable quand on pense que tout peut s’effondrer ?

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Séjours de sensibilisation au Sud et engagement citoyen

Novembre 2019

En savoir +

Depuis sa création en 1976, la FUCID a régulièrement proposé des activités dans des pays du Sud, telles que des séjours d’immersion pour étudiants, professeurs et membres du personnel de l’Université ou des micro-projets de développement pour chercheurs ou professeurs. L’objectif de ces différentes activités était de sensibiliser la communauté universitaire, sur le terrain, à des problématiques sociales, environnementales, économiques ou politiques qui questionnent les relations Nord-Sud et dès lors, nos engagements en tant qu’acteurs des pays du Nord. Ces dernières années la FUCID s’est toutefois largement désinvestie au Sud, optant pour un élargissement de ses activités Nord, mais il semble désormais opportun de retisser des liens au Sud. Mais pourquoi voyager au Sud ? Est-ce bien responsable écologiquement ? Comment trouver un compromis ? Une réflexion de Stéphane Leyens, directeur de la FUCID.

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

S’engager, se mobiliser et s’organiser !

Novembre 2019

En savoir +

Nous pouvons l’observer tous les jours, et dans beaucoup de domaines : les formes d’engagement et de mobilisation sont plurielles et « à géométrie variable » en fonction des contextes, des enjeux ou encore des personnes. Mais faut-il encore savoir de quel type d’engagement nous parlons ! En effet, être « engagé » ne nécessite pas forcément de dynamique collective ou de revendication politique. « Mobiliser », « sensibiliser », « rendre engagé », « émanciper », la définition des concepts de l’engagement et de la mobilisation font encore débat au sein des ONG. La FUCID n’est, elle non plus, pas exempte de ces questionnements de fond et se trouve parfois démunie devant le caractère « aléatoire » de l’engagement et de la présence des jeunes comme moteurs à ses activités. Cette analyse de Sarah Beaulieu, chargée de projets en éducation permanente, questionne les logiques de mobilisation, dans une logique d’éducation populaire et permanente basée sur les apports de deux penseur·euse·s du Sud et du Nord de la planète.

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Quel sens à partir s’engager au Sud ?

Mai 2019

En savoir +

Doit-on aujourd’hui avoir voyagé pour être quelqu’un ? Et encore plus si l’on veut se dire concerné.e par le Sud ou les inégalités ? Le voyage est-il devenu un passage obligé pour se construire comme une personne qui vaut la peine d’être rencontrée ?  L’auteur, François Struzik, photoreporter, nous propose un voyage imagé qui offre des pistes de réponse à ces questions.

Lire l’analyse.

La transition, c’est pour/par les riches?

Mars 2019

En savoir +

Tout le monde peut-il devenir un acteur·rice de la transition ou ce type d’engagement est-il réservé à certaines marges de la société ? Comment s’assurer, dans un contexte d’urgence climatique, que tou·te·s puissent participer à la transition ?

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Engagez-vous! Une injonction paradoxale.

Février 2019

En savoir +

On encourage beaucoup les jeunes à s’engager davantage sous l’argument qu’il déserteraient l’action collective. le sociologue Jacques Ion nous invite à questionner ce fonctionnement.

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en format PDF.

Quelles stratégies pour l’action collective?

Octobre 2018

En savoir +

L’engagement vise des objectifs variés et prend des formes multiples. A partir du travail de l’ONG Quinoa, la Fucid propose une analyse qui nous fait réfléchir sur le rapport à l’État de nos différentes actions engagées.

Lire l’analyse

Qui peut prétendre être engagé.e ?

Juin 2018

En savoir +

L’engagement est-il réservé à une élite très informée, capable de mener de multiples campagnes de front et insérée dans certains réseaux incontournables? la Fucid propose d’élargir notre vision de l’engagement.

Lire l’analyse

Mobiliser en faveur de la décroissance – théorie vs pratique

Mai 2017

En savoir +

Comment mobiliser les citoyen·ne·s de sorte qu’ils/elles se tournent volontairement vers la simplicité volontaire, quand la frugalité est perçue comme un sacrifice ? Des militant·e·s de la décroissance ont partagé leur vécu avec la FUCID et tenté de déceler la meilleure façon de donner aux citoyen·ne·s une envie de sobriété heureuse.

Télécharger l’analyse en PDF.

De la théorie à la pratique (partie 2) : les vertus de l’incohérence chez les militant·e·s de la décroissance

Avril 2017

En savoir +

Cette deuxième partie propose une piste de réflexion, destinée à aider les militant·e·s en quête d’irréprochabilité à mieux vivre leur incohérence partielle. Elle se penche sur les effets pervers induits par une quête effrénée de cohérence totale, ainsi que sur les effets positifs de l’incohérence des militant·e·s de la décroissance.

Télécharger l’analyse en PDF.

De la théorie à la pratique (partie 1) : la cohérence chez les militant·e·s de la décroissance

Avril 2017

En savoir +

Exposé·e·s aux tentations de la société de consommation, qu’ils/elles critiquent pourtant acerbement, les militant·e·s de la décroissance vivent en tension permanente entre la conviction et la pratique. Une cohérence totale entre les convictions et la pratique est-elle possible ? Dans quelle mesure la radicalité des décroissancistes est-elle viable au quotidien ?

Télécharger l’analyse en PDF.

FAIR Academy et Challenge Étudiants (partie 2). L’économie sociale : un succès. Qu’est-ce qu’on en fait ?

Janvier 2017

En savoir +

Cette deuxième partie invite à se tourner vers l’action collective : l’engouement de plus en plus conséquent pour « une autre façon de faire de l’économie » peut-il devenir le vecteur d’un changement structurel dans ce sens ? À quel niveau agir ? Des ateliers de réflexion collectifs avec le Bureau Économique de la Province (BEP), l’asbl Solidarité des Alternatives Wallonnes et Bruxelloises (SAW-B), d’autres membres du jury et des candidats du Challenge Etudiants et de la FAIR Academy a émergé une préoccupation commune : celle de la formation.

Télécharger l’analyse en PDF.

FAIR Academy et Challenge Étudiants (partie 1) : y a-t-il un réel engouement pour l’économie sociale parmi les jeunes entrepreneur·se·s ?

Janvier 2017

En savoir +

La totalité des projets présentés dans le cadre d’une formation-concours en entrepreneuriat proposé par le BEP, en partenariat avec la FUCID, comportait en 2016 un volet social ou environnemental. S’agit-il d’un élément isolé et peu représentatif ou, au contraire, cette expérience révèle-t-elle un intérêt croissant, à l’échelle nationale, des jeunes générations pour le secteur de l’économie sociale ? Le cas échéant, comment expliquer ce succès de l’économie sociale ?

Télécharger l’analyse en PDF. 

Interculturalité
Donner du sens à l’engagement : expérience d’un marrainage avec des femmes demandeuses d’asile

Décembre 2019

En savoir +

Astrid Modera, assistante/doctorante au Département de Sciences, Philosophies et Sociétés à l’UNamur et bénévole FUCID a eu l’occasion de participer au projet “marrainage” co-organisé par la FUCID et le centre d’accueil Pierre Bleue d’Yvoir : un projet ayant pour but de mettre en relation des femmes demandeuses d’asile et des femmes extérieures au centre. De son engagement, Astrid Modéra tire une série de réflexions critiques touchant aux problématiques de l’interculturalité et de l’engagement.

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Théâtre-action et interculturalité : les enseignements à tirer d’un dispositif (étude)

2017

En savoir +

Cette étude, sous forme d’action-recherche, se penche sur l’apport du dispositif de théâtre-action avec un groupe multiculturel dans une démarche d’éducation permanente, et s’adresse aux acteur·rice·s du monde associatif désireux·ses de se lancer dans une démarche similaire. Elle retrace les réflexions critiques qui ont jalonné la création de la pièce, et met en exergue à la fois les conditions de réussite (et les erreurs de parcours) d’un tel processus multiculturel et ses effets. Dans quelle mesure ce projet est-il moteur d’une transformation sociale ?

Télécharger l’étude en PDF.

Artisan·e·s interculturel·le·s – pour déjouer la violence interculturelle dans les soins de santé

Décembre 2017 

En savoir +

Pour déjouer la violence interculturelle dans les soins de santé, on peut d’abord la jouer, en donner une représentation, artistique par exemple, qui touche et frappe le public, l’oblige à réaliser ce dont il s’agit et l’invite à y réfléchir. On peut ensuite mobiliser cette réflexion et l’orienter vers des formes citoyennes, professionnelles et politiques de prise en compte, d’analyse et de transformation d’une telle violence. C’est le pari qu’a suivi la FUCID. Cette analyse souligne comment l’art permet de montrer cette violence, de rendre voix à l’Autrui, et de relancer la réflexion entre personnes et entre cultures.

Télécharger l’analyse en PDF.

Interculturalité et soins de santé. Une ignorance cruelle…

Décembre 2017

En savoir +

Pour un·e étudiant·e étranger·e, les stages peuvent constituer une étape difficile dans la découverte des complexités de la société belge. En retraçant le parcours d’une étudiante sage-femme d’origine africaine, cette analyse met en exergue les violences subies dans le cadre du cursus et de l’expérience professionnelle, qui ne sont autres que les effets dévastateurs de l’ignorance.

Télécharger l’analyse en PDF.

Note de recommandation : vers plus d’interculturalité dans le cursus des soignant·e·s ?

2017

En savoir +

Nous, citoyen·ne·s, ONG et asbl spécialisées dans l’interculturalité et/ou les soins de santé, demandons une formation à l’interculturalité plus approfondie pour les étudiant·e·s de la faculté de médecine de l’UNamur. Cette note de recommandation, qui donne quelques pistes concrètes, a fait l’objet d’une rencontre avec le doyen lors de la semaine d’actions Tout Autre Enseignement Supérieur.

Télécharger la note de recommandation en PDF.

Quelles pistes pour l’amélioration de la formation des soignant·e·s à l’accompagnement des patient·e·s qui maîtrisent peu le français ?

Novembre 2017

En savoir +

Des professionnel·le·s de la santé, et plus largement de la prise en charge sociale des personnes maitrisant peu le français, ainsi qu’un représentant de la Ligue des Usagers des Services de la Santé, se sont penché·e·s sur cette question. L’ancrage culturel parfois très différent du/de la soignant·e et du/de la soigné·e peut créer des incompréhensions, même si la barrière de la langue est résolue…

Télécharger l’analyse en PDF.

Apprendre en terre d’exil

Octobre 2017

En savoir +

Les futur·e·s soignant·e·s – en tant que victimes et témoins – ne sont pas épargné·e·s par les discriminations au sein du système scolaire. Or, le statut d’étudiant·e et les rapports inégaux de pouvoir qui les lie au personnel et aux enseignant·e·s leur laisse peu de possibilité de réagir. Cette analyse dit l’importance de prendre conscience, en tant qu’enseignant·e, de l’importance et des effets négatifs des discriminations, et d’en tenir compte dans les pratiques pédagogiques.

Télécharger l’analyse en PDF.

Comment rendre compte des cultures africaines dans un spectacle sans renforcer les clichés du public ?

Septembre 2017

En savoir +

La FUCID a travaillé avec des étudiantes en médecine et des personnes d’origine africaine (essentiellement) à la création d’une pièce de théâtre interrogeant la capacité de notre système de soin d’accueillir les personnes soignées et soignantes d’origine étrangère. La pièce est-elle parvenue à rendre compte de systèmes de santé intériorisés par certaines personnes d’origine africaine sans les stigmatiser davantage auprès d’un public non averti ? Comment mettre en scène les différents modes de traitement au travers d’une création courte (une heure de spectacle) et se voulant attractive ?

Télécharger l’analyse en PDF.

Comment former à l’interculturalité les futur·e·s assistant·e·s sociaux·ales venant de milieux socialement défavorisés ?

Septembre 2017

En savoir +

On pourrait penser que leur expérience des difficultés socio-économiques les amène à une ouverture plus grande à toute différence, quelle qu’elle soit. Ce n’est pas si simple. Dans la mesure où cette ouverture est cruciale chez des futur·e·s assistant·e·s sociaux·ales, appelé·e·s à être en contact avec des publics issus de l’immigration ou en difficulté sociale, on se demande dans cette analyse ce que l’école prévoit dans ses programmes « classiques », mais aussi quelles initiatives innovantes ont été prises, qui ouvrent des pistes pour une meilleure formation des publics les plus fragiles socialement à l’interculturalité.

Télécharger l’analyse en PDF.

Genre
ÉTUDE – Sensibiliser aux inégalités femmes-hommes dans le monde… sans alimenter les discours racistes

2019

En savoir +

Depuis les années 2000, l’intégration du genre dans le travail des ONG s’est imposée comme une condition de financement par les bailleurs de fonds. Au sein du volet Nord, le secteur de l’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire s’évertue ainsi à questionner les inégalités femmes-hommes dans les contenus des animations et outils pédagogiques qu’il développe. Dans un contexte où les questions de genre et sexualité, extrêmement politisées, dessinent une frontière entre un Occident moderne, progressiste, champion auto-proclamé de la liberté sexuelle et de la tolérance, au reste du monde présenté comme foncièrement menaçant vis-à-vis des femmes et des minorités sexuelles, l’intégration du genre pose des défis considérables : comment articuler une dimension de genre à une perspective « Nord-Sud », constitutive de l’identité des ONG, sans renforcer cette binarité déjà bien présente dans l’imaginaire collectif ? Comment conscientiser un large public aux inégalités de genre dans le monde sans activer des stéréotypes racistes et coloniaux ? Cette étude d’Anne-Sophie Tirmarche, chargée de projet à la FUCID, se base sur l’analyse d’un outil pédagogique d’une ONG consacré au genre afin de mettre en lumière les mécanismes au travers desquels, consciemment ou non, la sensibilisation aux questions de genre peut parfois contribuer à la polarisation entre un « Nord » civilisé et un « Sud » qui, par nature ou par culture, serait plus violent envers les femmes.

Télécharger l’étude en PDF.

Genre : la solidarité internationale est pavée de bonnes intentions

2019

En savoir +

Alors que le genre a le vent en poupe en ECMS, il convient de se poser une question de taille (et un peu provocante) : si l’intégration du genre en ECMS change le monde… le change-t-elle systématiquement dans le bon sens ? À partir de deux cas – la mobilisation contre les violences sexuelles en RDC et la lutte contre l’homophobie et l’excision au Mali – cette analyse ouvre un champ de réflexion qui gagnerait à être approfondi : comment l’ECMS pourrait-elle s’assurer que la mobilisation citoyenne autour de questions aussi politiques que le genre et la sexualité n’aboutissent pas à des effets contraires à ceux escomptés ?

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Sensibilisation aux violences sexuelles dans le monde : que révèlent les visuels ?

Août 2019

En savoir +

Le secteur de l’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire (ECMS) participe, depuis quelques années, à une multiplication d’initiatives en faveur de l’égalité femmes-hommes dans les projets de sensibilisation, mobilisation et plaidoyer. Mais comment sensibiliser aux questions de genre sans renforcer des stéréotypes racistes de « l’homme du Sud violent », qui font le lit de l’extrême droite ? Cette analyse se concentre plus spécifiquement sur les illustrations utilisées dans un outil pédagogique consacré au genre pour illustrer comment, dans certains cas, nous, ONG, contribuons parfois malgré nous à ériger une frontière entre « eux » et « nous ».

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

L’écriture inclusive est-elle vraiment inclusive ?

Janvier 2019

En savoir +

Face au sexisme ambiant, les défenseur·e·s de l’écriture inclusive ont, en toute logique, présenté les arguments favorables à cette initiative et tu les zones d’ombre. Ce sont précisément les zones d’ombre que cette analyse s’attèle à explorer. L’écriture inclusive est-elle vraiment inclusive ?

Lire l’analyse. Télécharger l’analyse en PDF.

Autres thématiques
Économie et gestion à l’université : le temps de la transition ?

Février 2018

En savoir +

Afin de promouvoir l’égalité climatique, terreau d’une meilleure redistribution des richesses et garante de justice et de paix, il est indispensable que l’éducation supérieure soit au centre de cette réflexion. L’objectif : préparer les étudiant·e·s à un autre management, humaniste, solidaire, ouvert sur le monde, conscient des enjeux écologiques et sociétaux actuels. Il convient dès lors d’identifier collectivement des mesures concrètes, applicables à différentes échelles, en accord avec les valeurs du mouvement de la Transition…

Télécharger l’analyse en PDF.

CONTACT

Adresse postale :
Rue de Bruxelles 61
5000 Namur

Adresse bureaux :
Rue Bruno 7

5000 Namur

 

Tél : 081/72 50 88
Mail : fucid@unamur.be

NOUS SUIVRE