ÉTUDE - La fabrique des héros

Achille, Nafissatou Thiam, Superman, Chesley Sullenberg, Nelson Mandela, Cédric Hérrou, Greta Thunberg... Des épopées homériques aux témoignages de ces nouveaux héros hyper-médiatisés, les héros ornent les rayonnages de nos bibliothèques, dessinent le fil rouge de nombreux documentaires consacrés à leurs engagements et inspirent des films hollywoodiens. Leurs noms sont proposés pour les prix les plus prestigieux et, aujourd’hui encore, on leur érige des statues. Les héros et héroïnes font partie de ces nombreux piliers qui structurent l’engagement : car ils inspirent, sont souvent leaders d’un mouvement, et marquent leur nom dans l’histoire. Mais ils peuvent aussi, paradoxalement, désengager, déresponsabiliser, renforcer les limites d’un mouvement ou des rapports de domination au sein de celui-ci. Cette étude explorera les différentes facettes de ces figures mouvantes, plastiques, parfois controversées, en se concentrant plus spécifiquement sur les héroïnes et héros définis par leurs engagements sociétaux. De l'effet Greta Thunberg au burn-out militant, en passant par les enjeux de diversification des figures héroïques, Alix Buron, chargée de projets à la FUCID, y brosse le vaste portrait de ces personnes qui nous inspirent, leurs effets sur l'engagement, mais aussi leurs limites...  et la nécessité de réinventer la figure héroïque pour faire advenir le changement social.

Actes de discrimination envers les migrant·e·s : le cas ukrainien

Depuis le début des assauts russes en février 2022, des millions de ressortissantes et ressortissants ukrainiens affluent aux portes de l’Union européenne. Les autorités en place, ainsi que de nombreux citoyennes et citoyens européens, se mobilisent pour accueillir ces réfugié·e·s en quête de sécurité. Si cette mobilisation solidaire est à applaudir et à encourager, l’accueil massif de cette migration met pourtant en exergue une double discrimination. Dans cette analyse, Margot Kech, stagiaire FUCID et étudiante en Science de la Population et du Développement, décortique ainsi la politique de « deux poids, deux mesures » que l'on peut retrouver au sein même de l'accueil de la population ukrainienne fuyant le territoire, mais aussi entre la façon de traiter les migrations venant d'Ukraine et celles venant des pays du Sud, alors que ces populations sont tout autant accablées par la violence et la guerre.

Catalyser la confiance et porter les revendications citoyennes en temps de crise : les ONG peuvent-elles réaffirmer leur place en tant qu’actrices de changement au cœur des crises ?

Alors que la crise sanitaire n'en finit pas de bouleverser les sociétés à travers le monde, elle a déjà marqué l'histoire et a permis de tirer de nombreuses leçons sur le fonctionnement de nos sociétés. Pour beaucoup, il est ainsi temps de changer les choses, de construire un nouveau récit pour le monde d'après, plus juste et durable. Dans cette analyse, Laura Berg nous offre un condensé de son travail de fin d'études en coopération internationale (HEPN), tissant des liens entre la crise sanitaire et climatique, et tirant les leçons pouvant s'appliquer aux crises suivantes. Elle se questionne également : au sein de ces revendications citoyennes, les ONG pourraient-elles se saisir des opportunités qui se dégagent de la prise en main de la crise du COVID-19 pour réaffirmer leur place d’actrices de changement ?

L’importance de l’accompagnement pédagogique au sein d’une expérience de Service Learning

Depuis l'année académique 2019-2020, la FUCID participe à l'organisation d'activités d'engagement citoyen au sein du cursus universitaire de l'UNamur. Les étudiant·e·s peuvent ainsi s'engager concrètement dans une association, avec un accompagnement pédagogique permettant de réfléchir sur eux-mêmes, leurs études et leur citoyenneté - un processus fortement inspiré du Service Learning, né en Amérique du Nord et du Sud. Dans cette analyse, Antoine Stasse, chargé de projets à la FUCID, tire les enseignements d'une première expérience de cette activité d'engagement citoyen, et la façon dont certains risques (renforcement des stéréotypes concernant les populations rencontrées, difficulté à comprendre les causes structurelles des problématiques rencontrées, etc.) peuvent être minimisés par un processus pédagogique adapté.

Pourquoi s’engager dans une organisation environnementale… et y rester ?

Ces dernières années, les enjeux environnementaux sont devenus un objet de mobilisation citoyenne massive en Belgique et occupent la scène médiatique. Certain·e·s citoyen·ne·s s’engagent ainsi pour l’environnement en participant aux marches pour le climat, à travers des initiatives locales ou encore en devenant membre d’une organisation. En intégrant des groupes de bénévoles de deux organisations environnementales - l'ONG Greenpeace et le mouvement de désobéissance civile Extinction Rebellion - Delphine Saugues, militante et coordinatrice de projets associatifs, s'est ainsi interrogée sur les ressors de ces engagements. C'est en mêlant entretiens, observations directes et contenu théorique qu'elle répond, dans cette analyse, à ces questions : pourquoi, et pour quoi, les individus donnent de leur temps, donnent d’elles·eux ? Et surtout, pour quelles raisons maintiennent-il·elle·s leur engagement au sein d’une organisation spécifique ?